AU SOMMAIRE DU N°11

Été 2021

L'Édito :

Crise

Ces derniers mois, on n’a pas arrêté de répéter que le cinéma hollywoodien, pour les raisons que l’on connaît, était en crise. Ou tout du moins, que  l’épidémie de covid avait rebattu les cartes,  notamment sur la place de la salle et l’impact des plateformes. Disney comme Warner ont sorti  plusieurs de leurs plus grosses productions  directement sur leurs propres plateformes, Disney + (et assimilés) et HBO Max. Maintenant que les salles sont de nouveau ouvertes, un équilibre  précaire a été trouvé outre-Atlantique, avec des fenêtres d’exploitation salle (le plus souvent entre 30 et 45 jours) avant la sortie en VOD. Entre- temps, le 12 avril dernier, les salles du groupe  californien Arclight Cinemas et Pacific Theatres  ont fermé leurs portes – dont  l’emblématique Cinerama Dome de Sunset Boulevard, à Los Angeles, immortalisé une ultime fois dans Once upon a time… in Hollywood de Quentin Tarantino. Bref, il y a quelque chose qui cloche dans  l’importance accordée au cinéma par la culture américaine, mais cela ne se ressent pas encore dans la production – ou tout du moins, disons que, thématiquement, les films n’évoquent pas fondamentalement un sentiment de crise. D’où l’envie, aussi, de faire écho à la situation qu’a connue Hollywood à la fin des années 1950, un effondrement du système causé par un trop-plein, un (déjà) vieux monde des images bataillant contre la télévision. Le Paramount Decree de 1948 avait préalablement ébranlé les fondations,  empêchant les majors d’être à la fois producteurs, distributeurs et exploitants, dans le cadre de la loi Anti-Trust – ce serait aussi l’émergence de tout un circuit alternatif, dont les grindhouses. Cette crise de la salle de cinéma couplée aux crises de l’Amérique elle-même, particulièrement dans la décennie 1960, avec un impact colossal sur les films, visuellement et thématiquement. Hollywood se sait mourant et le montre. Et ce faisant, il crée aussi quelque chose d’un peu nouveau, sans le  avoir. Pas tant le Nouvel Hollywood, qui sera  presque un reboot du système, mais une version hybride, bizarroïde, boiteuse, quasiment mutante, du cinéma hollywoodien. Coincé entre deux  époques, avec ce que cela a de plus beau et de  plus délicat. Reste à voir si le cinéma américain que l’on connaît actuellement est lui aussi coincé entre deux époques. S’il fera, lui aussi, son Breakdown, et ce qu’on en tirera dans cinquante ans.

Remerciements à Nicolas Saada, à l’origine de ce dossier.

Marc Moquin, rédacteur en chef

HOLLYWOOD BREAKDOWN

• Soudain, la nuit à Hollywood

Hollywood est mort ! Vive Hollywood !

• Breakdown en roue libre

Conversation entre Nicolas Saada, Marc Moquin et Alexandre Piletitch

It's a Mad World

L’Amérique bouleversée des sixties

• Natalie Wood, la cassure et l'effondrement

Un visage du Breakdown en trois films : La Fièvre dans le sang d’Elia Kazan (1961), Daisy Clover de Robert Mulligan (1965) et Propriété interdite de Sydney Pollack (1966)

• Quand liqueur n'y est plus

L’alcool et la dépression par Blake Edwards

• Tennesse Williams et le mal-être américain

Entretien avec Séverine Danflous

• Kramer contre Kramer

Un cinéaste et producteur tiraillé entre deux époques

• L'eau qui dort

Piscines, villas et frustrations

• Sous la bannière ensanglantée

Herschell Gordon Lewis et l’invention du gore

• Voyage sans retour

La science-fiction comme ego trip

• Une Amérique pathologique

Entretien avec Jean-Baptiste Thoret

• Regard(s) caméra

Une figure de style Breakdown

CORRIGER

• Le monde selon Richard Fleischer

• Maurice Pialat face à ses contradictions

Et aussi : Frances, Milagro, L’Héritière, The Amusement Park, Le Dernier Métro, Hiroshima, Alex Cheug et Patrick Tam, Le Mandat, Cérémonie secrète, La Peau douce, Les Grandes Manœuvres, Seuls les anges ont des ailes, L’Affaire est dans le sac / Voyage surprise, La Femme et le Pantin, Le Parfum de la dame en noir, Roman Polanski, Assa, Jacques Rivette, Doroty Arnzer, Le Roi de Paris, Out of the Blue, Vingt Mille Lieues sous les mers

Livres : Georges Pierre – profession : photographe de plateau, Monty Python : Sacré Graal, Atomic Films, The Big Goodbye, Mémoires (David Niven), Outrages

TRAVERSER

• Une décennie sous influence

Astres et désastres : Tree of Life & Melancholia, dix ans après

• Surimpression :

Slalom : Films de montagne

• Le Professionnel de la profession :

À la recherche des invisibilisés – Entretien avec Amy Heller et Dennis Doros, fondateurs de Milestone Films

• Portfolio :

Zazie à Paris

• Rendez-vous :

D’hier à aujourd’hui : Entretien avec Sophie Mirouze et Arnaud Dumatin, directrice artistique et directeur administratif du Festival La Rochelle Cinéma 

Crédits images : Couverture – Burt Lancaster dans The Swimmer © (1968) Columbia Pictures

0