Films classiques, regards modernes

Un beau trimestriel papier, mais aussi des podcasts, projections, rencontres et événements dans toute la France

Nouvelle offre d'abonnement à partir du N°14 (ou 15)

Abonnez-vous pour 1 an (soit 4 numéros)

et recevez en cadeau un film au choix

L'EXTRAVAGANT MR. RUGGLES de Leo McCarey (1935)
en DVD ou Blu-ray

ou

SEXE, MENSONGES & VIDÉO de Steven Soderbergh (1989)
en DVD ou Blu-ray

ou

MORT OU VIF de Sam Raimi (1995)
en DVD ou Blu-ray

Numéro également disponible en achat solo dans la boutique

Revus & Corrigés se lance dans la distribution avec un ciné-club itinérant afin de faire découvrir des films inédits. Piège pour Cendrillon d'André Cayatte, film invisible depuis des décennies, inaugurera le programme.
De retour en salle en version restaurée
de André CAYATTE
La ReCo par Revus & Corrigés, c’est la newsletter où l’on vous recommande le meilleur de l’actualité des classiques du cinéma à découvrir et à partager.
La RECO pastilletrans

CHRONIQUES

Silence ! Elles tournent – Larissa Chepitko, élégie soviétique

À l'occasion de la sortie vidéo de L'Ascension par Potemkine Films, Esther Brejon a invité Joël Chapron pour discuter de Larissa Chepitko, réalisatrice soviétique née en Ukraine, qui a réalisé une œuvre puissante et audacieuse, composée de courts-métrages, longs-métrages et téléfilms. L'Ascension est un chef-d’œuvre de film de guerre en noir et blanc sur la Seconde Guerre mondiale, lauréat de l’Ours d’or à Berlin.

Une histoire de cinéma – John Huston, l’aventurier désinvolte du cinéma

John Huston a été un cinéaste prolifique. Plus de 40 films sur plus de quatre décennies. Ce passionné de chevaux et de peinture a toujours su garder sa liberté, même au prix de certaines compromissions. À l’occasion de la sortie en DVD/Blu-Ray de Moulin Rouge et African Queen, édités par Studio Canal, Antoine Jullien vous raconte ces deux aventures cinématographiques majeures dans la carrière d’un réalisateur qui a toujours su être lucide face à la nature humaine.  

SOLO (1970), l’amertume du monde qui ne bouge pas

Tourné au lendemain de Mai-68, Solo montre une jeunesse dont la seule réponse à l’hypocrisie ambiante des dernières années de De Gaulle est la violence. Trublion inclassable du cinéma français, Jean-Pierre Mocky poursuit, tout au long des années 1960, une esquisse implacable de cette société française coincée, avec Solo comme paroxysme.

0