« Je me demandais quelle était ma part de complaisance par rapport à ces images » – Entretien avec Éléonore Weber, réalisatrice d’Il n’y aura plus de nuit

Avec Il n’y aura plus de nuit, le spectateur plonge dans un monde du regard où la caméra est une arme : son documentaire est constitué d’images « opérationnelles » d’hélicoptères de combat sur le « théâtre des opérations ». Ainsi, elle pose des questions fondamentales sur le rapport à la distance, à la fascination, voire même à la complaisances de ces images difficiles. Rencontre avec la cinéaste Éléonore Weber, pour décrypter ce travail rare et précieux.

Conversation avec Nicolas Saada, match retour

Avant que la vie ne reprenne, notamment avec la rouverture des lieux culturels, nous avons échangé une nouvelle fois avec Nicolas Saada – histoire de reprendre un dialogue cinéphile là où nous l’avions laissé. Une conversation au long cours et à bâtons rompus avec un ami de Revus & Corrigés, deux ans après notre première rencontre, histoire de parcourir de nouveau les mondes du cinéma et glisser quelques indices sur notre prochain numéro. En bref, il était temps de prendre des nouvelles et de faire le point.

De Murnau à Welles – entretien avec Stefan Drössler, directeur du Filmmuseum de Munich

Le rapport entre le cinéma expressionniste allemand et Orson Welles n’est pas qu’esthétique. Les archives du Filmmuseum de Munich, dirigé par Stefan Drössler, particulièrement riches sur ces deux pans de l’industrie, ont contribué à créer ce lien. L’institution bavaroise est au cœur de nombreuses restaurations et occupe une place importante dans la préservation du cinéma mondial.

Revue, festivals et panafricanisme

Où en sont les cinémas africains aujourd’hui ? Quels rapports entretiennent-ils avec leur patrimoine ? Quel rôles les festivals africains et internationaux ont-ils joué dans l’émergence des auteurs et des cinématographies locales ? Rencontre avec Claire Diao et Michel Amarger, spécialistes et grands connaisseurs des cinémas africains, co-fondateurs de Awotele, revue panafricaine de cinéma, créée en 2015, pour favoriser l’expression de critiques africains et leur permettre de témoigner sur le terrain.

NATALIE WOOD : WHAT REMAINS BEHIND : rencontre avec Laurent Bouzereau

Le Français Laurent Bouzereau a une longue et impressionnante carrière de réalisateur de documentaires sur l’histoire du cinéma et de making-ofs exhaustifs sur de grandes productions hollywoodiennes. Au Festival Lumière, il présentait son dernier-né, Natalie Wood : What Remains Behind, revenant sur le destin tragique de l’actrice, disparue en 1981 à l’âge de 43 ans dans des circonstances incertaines. En retraçant sa carrière et sa vie privée, avec l’aide de sa famille, ses collègues et amis, le documentaire plonge dans une histoire de cinéma hors-norme. Et rajoute un grand nom à la filmographie de son auteur, passé par Steven Spielberg, George Lucas, James Cameron, William Friedkin…

« Ce n’est pas le film policier qui est dépassé, mais le genre » – Entretien avec le producteur de POLICE

Début septembre, la cinéaste Anne Fontaine ajoutait son film Police avec Virginie Efira, Omar Sy et Grégory Gadebois à la longue lignée de long-métrages sur le monde policier dans le cinéma français. Rencontre avec son producteur Philippe Carcassonne sur l’approche du sujet et du genre policier ainsi que son évolution au fil des réalisateurs et des décennies.

« QUELLE JOIE DE VIVRE a une envergure plus importante que Le Dictateur » – Entretien avec Denitza Bantcheva

Inédit en salles depuis 2012, Quelle joie de vivre, malgré son sujet et son casting, reste l’un des films les plus méconnus de son réalisateur, René Clément. Denitza Bantcheva, critique et autrice de livres sur le cinéma, administratrice de la Fondation René Clément et directrice de son comité Cinéma, nous apporte son éclairage sur ce film, ainsi que sur le statut de cette formidable satire dans l’œuvre du cinéaste, en salles ce mercredi 5 août 2020.

« Bob supportait le poids du monde sur ses épaules » – Entretien avec Bruce Weber et Carrie Mitchum

Documentaire magnétique et un peu à part, Nice Girls Don’t Stay for Breakfast, tente une incursion dans l’intime et le quotidien du géant Robert Mitchum. Son réalisateur, le photographe Bruce Weber, qui avait jadis fait le portrait de Chet Baker dans Let’s Get Lost, concrétise avec la sortie de son film une étonnante relation avec l’acteur impénétrable. Cette quête l’a élégamment rapproché de Carrie Mitchum, petite fille de Bob, qui témoigne dans le documentaire et révèle une facette fragilisée de son grand-père.

« Les plateformes sont l’avenir du documentaire » – Entretien avec Jean-Marie Barbe, fondateur de Tënk

Comment voir du documentaire de patrimoine&nbnp;? La question est épineuse tant ces titres se sont peu à peu perdus dans les limbes de la mémoire audiovisuelle ou des cinémathèques. Mais depuis 2017, la plateforme de SVOD Tënk invite à reposer son regard sur ces œuvres injustement oubliées, aux côtés de propositions plus contemporaines. Une programmation de niche qui fait dialoguer les films d’hier et d’aujourd’hui, issus du cinéma, de la télévision ou des festivals, dans une offre par roulement en proposant de nouveaux titres chaque semaine. Rencontre avec son créateur Jean-Marie Barbe.

« Il est important d’en faire un lieu vivant et non pas un musée patrimonial » – Entretien avec Guillaume Poulet, directeur de la Cinémathèque de Nice

Principale institution cinéphile de la région PACA, la Cinémathèque de Nice accueille près de 50 000 visiteurs par an. Elle rouvre enfin ses portes ce lundi 22 juin, après avoir proposé aux spectateurs de sa métropole une programmation hebdomadaire à travers une salle numérique, tout au long de cette période de confinement. Nous avions rencontré avant cela Guillaume Poulet, son directeur depuis 2017.

Cinéma de minuit, cinéma de tous temps – Entretien avec Patrick Brion

Il est la voix qui fait vivre depuis près de 45 ans le Cinéma de minuit sur France Télévisions. Patrick Brion, c’est une vie cinéphile, consacrée à montrer des films, faire renaître les grands auteurs, redécouvrir des talents oubliés. Et à cet égard, toute l’aventure de son émission est aussi une question continue : comment montrer du cinéma ? Ou lorsque l’histoire du cinéma vient se confondre avec l’histoire de la télévision.

Questions de cinéma, quelques réponses – Entretien avec Nicolas Saada

La cinéphilie s’est ruée sur Questions de cinéma, récente compilation d’entretiens réalisés par Nicolas Saada, qui croise les regards de grands noms du cinéma (mais pas que), dont James Cameron, Dario Argento ou encore David Lynch. Un véritable abécédaire du langage cinématographique qui donne aussi à reconsidérer l’échange fait avec les artistes. Nous avions, à notre tour, des questions pour Nicolas Saada, devenu entre temps scénariste et réalisateur. Une manière d’honorer la transmission et de boucler la boucle.

« Cinémathèque en sursis » – Rencontre avec Nicholas Petiot de la Cinémathèque de Bourgogne – Jean Douchet

On parle depuis plusieurs mois des difficultés de la Cinémathèque de Bourgogne – Jean Douchet à Dijon. Son directeur, Nicholas Petiot, a été un proche du légendaire passeur cinéphile dont l’institution porte le nom et, comme lui, est obsédé par l’idée de montrer des films. Or sa Cinémathèque ne dispose pas d’espace de projection. Comment vit-on au quotidien quand son archive est menacée d’une fermeture imminente ? Comment faire vivre une Cinémathèque qui n’a pas de salle de cinéma et qu’on est soi-même habité par le geste de programmation ? C’est aussi le moyen de faire le point sur l’apport au cinéma de Jean Douchet, la visibilité du cinéma de patrimoine « en régions » qui se téléscope souvent avec le cinéma Art & Essai et sur ce qu’est vraiment, au fond, une cinémathèque. Rencontre avec une cinémathèque qui a des choses à dire.

Un cinéma entre coup de poing et hallucination – Entretien avec Nils Bouaziz, fondateur de Potemkine Films

Quel cinéphile n’a pas dans sa collection un DVD avec un « K » rouge et inversé sur son dos? Fondée en 2006, la boutique Potemkine est un repaire incontournable pour les cinéphiles parisiens. Depuis, c’est aussi devenu une société d’édition et de distribution de films. Accompagnant les grands auteurs du cinéma mondial, avec un attrait particulier pour le cinéma soviétique (Andreï Tarkovski, Elem Klimov, Sergeï Eisenstein), Potemkine confronte également les grands auteurs français (Éric Rohmer, Robert Bresson), mais aussi le cinéma mondial, documentaire et expérimental.

Gosses et cinéma : mode d’emploi – Entretien avec Nicolas Boukhrief

Nicolas Boukhrief, cinéaste, a été l’un des piliers du magazine culte Starfix. L’idée de transmission n’a jamais quitté ce cinéphile éclectique. Aujourd’hui, il publie avec sa femme Lydia un livre d’initiation au cinéma au cinéma pour les enfants, 100 grands films pour les petits, où l’on croise classiques universels et monuments plus exigeants… Mais il n’y a pas d’âge pour repousser les frontières de la cinéphilie.

« J’écris avec la lumière » – Entretien avec Vittorio Storaro

Du 10 au 15 mars 2020, la 10e édition du Festival 2 Valenciennes rend hommage à Vittorio Storaro, l’un des plus grands directeurs de la photographie, avec notamment une masterclass et une exposition. Nous avions eu la chance d’échanger avec le maestro sur son travail d’auteur de la photographie, d’Apocalypse Now au Conformiste, en passant par L’Oiseau au plumage de cristal.

« Notre caméra était une cible. » – Entretien avec Nicole et Félix Le Garrec sur le documentaire PLOGOFF (1980)

À partir de janvier 1980, un petit village d’irréductibles bretons s’oppose à l’implantation d’une centrale nucléaire. Une mobilisation victorieuse des habitants, femmes en tête, dont témoigne le documentaire Plogoff, des pierres contre des fusils. Quarante ans après, les images de cette population face aux forces de l’ordre n’ont rien perdu de leur force et résonnent encore plus avec l’actualité. Rencontre sur la Croisette avec les époux Le Garrec, Nicole à la réalisation et Félix à la caméra, lors de la présentation du film à Cannes Classics.

0