LA POURSUITE IMPITOYABLE (1966), quand Arthur Penn passe de la meute à l’émeute

À quel moment une foule qui demande justice dérape et jusqu’où peut-elle aller, abreuvée de fantasmes à s’en assoiffer de sang ? C’est la question que nous pose Arthur Penn avec La Poursuite impitoyable, qui replace un Marlon Brando admirable en ultime rempart de la loi, abandonné au milieu d’une ville hystérique à l’arrivée d’un évadé présumé coupable, incarné par Robert Redford. Un samedi soir sous haute tension aussi fiévreux que glaçant, et qui n’épargne rien… ni personne.

Kirk Douglas roi du ring dans LE CHAMPION (1949)

Le 20 février 2020, Kirk Douglas tirait sa révérence à 103 ans, un âge tout aussi légendaire que la carrière qu’il s’est forgée sur le grand écran. La première pierre posée à l’édifice de son monument est sans aucun doute Le Champion de Mark Robson édité en DVD et Blu-ray chez Rimini Éditions et dans lequel l’acteur y incarne un boxeur plus vrai que nature. Un rôle qui lui va comme un gant, notamment à cause de son profil d’outsider transcendant un Kirk Douglas qui a connu un début de vie difficile et est parvenu à se hisser hors d’une misère sociale à la seule force des bras.

MYSTERY MEN (1999) – Super zéros cinematic universe

Bien avant les récentes bandes de super héros sabordées par leurs propres studios, il existait ce savoureux OVNI foutraque qu’est Mystery Men. Le film de Kinka Usher vaut encore et surtout pour l’assemblage improbable et très sympathique qu’il représente à l’écran, retournant le schéma éculé aujourd’hui du héros-concept en mettant en avant l’humain, si dénué de talent soit-il, derrière le costume et parvient, dans un n’importe quoi assumé, à trouver un curieux équilibre entre désir d’anti-système et blagues de prout.

VICE SQUAD (1982), une plongée dans l’enfer de la cité des anges

Même au fond du caniveau le plus sordide, la loi existe encore. C’est notamment à la brigade des mœurs qu’incombe ce sale boulot : nettoyer ces rues ténébreuses oubliées à la nuit par la société. Vice Squad nous fait déambuler dans ce Los Angeles des années 1980, une jungle urbaine sombre et brutale dans laquelle cette poignée de flics lutte à la marge avec l’énergie du désespoir. Une pépite du cinéma d’exploitation américain aux accents tristement contemporains suggérée par Jean-Baptiste Thoret dans sa collection Make My Day.

AMERICAN GRAFFITI (1974) et l’Americana dans le rétroviseur de George Lucas

Aussitôt occulté par l’ombre de Star Wars, le deuxième long-métrage de George Lucas mérite que l’on y rejette un coup d’œil. À travers le prisme faussement nostalgique envers la décennie précédente, American Graffiti se révèle surtout par sa reconstitution d’une fin de l’innocence rituelle et révolue, observée depuis cette Amérique traumatisée du début des années 70.

« Le cinéma peut changer le monde » – Entretien avec Férid Boughedir, réalisateur de Caméra d’Afrique

Il y a 50 ans s’organisait le Festival Panafricain d’Alger, un événement qui invita les artistes du continent à se rencontrer, et notamment ceux issus du cinéma. Mais l’année 1969 fut aussi un tournant pour le cinéma africain sur plusieurs aspects. Nous avons pu rencontrer le cinéaste tunisien Férid Boughedir qui a été témoin de ces bouleversements et dont la version restaurée de son film Caméra d’Afrique a été présentée cette année à Cannes Classics. Le documentaire revient sur les rêves et les espoirs des premiers représentants d’un cinéma africain indépendant en quête d’existence et de reconnaissance.

LaCinetek lance demain son ciné-club avec Suspiria

Déjà curatrice de cinéphilie à travers les sélections de films préférés de grands cinéastes, LaCinetek organise ce samedi un événement novateur. La plateforme en ligne se transpose en parallèle dans le monde réel avec ce projet de ciné-club, dont le mythique Suspiria de Dario Argento sera la mètre étalon.

Par Alexis Hyaumet, il y a

L’Héritage des 500 000 (1963), quand Mifune filme Toshiro

La véritable aventure derrière ce film de genre se trouve être la première expérience en tant que réalisateur pour l’acteur mythique Toshiro Mifune. Mais elle est également la dernière. Toute sa bonne volonté ne suffit pas à hisser L’Héritage des 500 000 à la hauteur des espérances. Projeté pour la première fois en France, il est pourtant une occasion inespérée d’en apprendre plus sur la personnalité de cette figure devenue légendaire à travers les films d’Akira Kurosawa.

Par Alexis Hyaumet, il y a

Time and Tide (2000) – L’Apocalypse selon Tsui Hark

Il est l’un des films qui a laissé une marque indélébile dans la mémoire collective des écumeurs de vidéoclubs des années 2000. Devenu légendaire de réputation, Time and Tide de Tsui Hark nous est enfin proposé en haute définition par l’éditeur Carlotta Films. Une œuvre charnière du cinéaste vietnamien, dont l’audace plastique reste toujours intacte presque vingt ans après.

0