AU SOMMAIRE DU N°15

Été 2022

L'Édito : Independance Day

Dur dur d’être un indépendant. On se sent toujours le dernier. « Le dernier des indépendants », comme aime se qualifier Walter Matthau dans Tuez Charley Varrick. Ce à quoi le gorille qui le traque, interprété par Joe Don Baker, note : « Ça sonne comme une finalité… j’aime ça. »  D’ailleurs, de paroles d’indépendants, on ne manque pas dans ce numéro, faisant vivre le cinéma d’animation, ainsi qu’une histoire du cinéma d’animation, au-delà des cadors qui monopolisent peut-être un peu trop l’attention et qu’on a trop commodément définis comme « populaires », comme si La Tortue rouge était de facto moins populaire que Toy Story. On a la chance, en France, d’avoir une animation indépendante florissante – paradoxalement condamnée à ne jamais ou presque être en compétition au Festival de Cannes – le premier long-métrage d’animation en compétition ne datant « que » de 1973, La Planète sauvage de René Laloux, que l’on a mis en couverture –, le plus souvent ostracisée dans ce « genre » qui n’en est pas un du cinéma d’animation. Ne pas être considéré avec le même degré d’importance.

C’est dur d’être indépendant.

Pareil quand on est éditeur, d’ailleurs. Les temps sont difficiles et il n’est pas facile de ne pas se sentir seul, de sentir « le dernier des indépendants », entouré d’indépendants qui eux aussi se sentent les derniers. Les signaux renvoyés ne sont pas toujours bons : entre le début 2021 et le début 2022, le prix du papier a augmenté drastiquement, causant une augmentation du coût d’impression d’environ 20%. En parallèle, depuis 2020, le CNC a réduit l’enveloppe d’aide annuelle dédiée aux revues de cinéma : les 88 000 euros partagés entre 13 titres (ce qui, à la fin, revient à une aide symbolique) sont devenus 64 000 euros en 2021 (dont on a perçu, en toute transparence, 3 000€, ce qui revient à moins de la moitié du coût d’impression d’un numéro). Sans doute les revues, qui font vivre la mémoire, l’hier et le demain du cinéma, n’ont pas tant d’importance que cela aux yeux de l’actuel dirigeant du CNC (et surtout face au néant absolu des politiques culturelles contemporaines), quand la vidéo sur internet perçoit annuellement des centaines de milliers – non pas que la création sur Youtube (qui paie à peine ses impôts en France) ne mérite pas d’être aidée, mais l’écart gargantuesque entre les aides en dit malheureusement long. Tant pis. On se serre les coudes entre « derniers des indépendants », et on partage nos belles victoires quand il y en a. Et puis quand même, quinze numéros. Quatre ans déjà.

Marc Moquin, rédacteur en chef

REVOIR : UN AUTRE CINÉMA D'ANIMATION

• La naissance du cinéma (d’animation)

Premières images du cinéma d’animation : Émile Cohl, James Stuart Blackton, Windsor McKay…

• Les inventions des frères Fleischer

Une histoire du studio indépendant derrière Popeye et Betty Boop, aux innovations techniques importantes.

• De chair et d’encre

Quand le cinéma d’animation se mêle à la prise de vue réelle

• Lotte Reiniger, la conteuse aux doigts de fée

Portrait de la réalisatrice allemande des Aventures du Prince Ahmed.

• Un geste après l’autre, l’univers du stop-motion

Entretien avec Xavier Kawa-Topor, historien spécialiste de la technique.

• Tchèque cette animation

Merveilles de l’animation tchèques, de Jiří Trnka à Hermína Týrlová

• Alexandre Ptouchko, mage par image

Connaissez-vous le Walt Disney soviétique ?

• Les Grimault Doux

Paul Grimault, une vie pour achever Le Roi et l’Oiseau

• « Être metteur en scène plus qu’animateur »

Discussion entre Jean-François Laguionie et Xavier Kawa-Topor

• La longue mue de l’animation japonaise

Avant les succès de Ghibli, le cinéma d’animation japonais revenait de loin

• Pour des films d’animation au cinéma !

Entretien avec Amel Lacombe, fondatrice de la société de distribution Eurozoom

• René Laloux, le visiteur des futurs

La carrière hors du commun du réalisateur de La Planète sauvage

• Quand l’animation américaine hallucine

Entretien avec Bill Plympton

• Ralph Bakshi, le franc-tireur

Fritz The Cat, Tygra, Le Seigneur des anneaux… la carrière unique d’un cinéaste farouchement indépendant

• La patte d’Ocelot

Entretien avec Michel Ocelot

• « Un jeu entre ombre et lumière »

Entretien avec Michael Dudok de Wit

• Une brève histoire du Festival d’Annecy

Plus de soixante ans d’histoire pour l’un des plus importants festivals du cinéma d’animation, aux débuts tumultueux

• Révéler ce qui est secret

Entretien avec Bruno Coulais

• Abécédaire de l’animation

De A comme Alassane à Z comme Zombillénium

CORRIGER

• Jean-Pierre Mocky, le Daumier de la pellicule

• René Vautier, caméra insoumise

• Pierre Clémenti, cinéastre

• Jonas Mekas, la vie fragile

Critiques : The Walkabout, Panique année zéro, L’Ascension, Belphégor, Dementia, Ce plaisir qu’on dit charnel, L’Échiquier du vent, Les Pirates du métro, Monsieur Ripois, Les Guêpes sont là, Les Voitures qui ont mangé Paris / La Dernière Vague, L’Homme au pousse-pousse, La Loi du Nord, I comme Icare… / Mille Milliards de dollars, Qui veut tuer Jessie ?, Ebola Syndrome, La Nuit fantastique, Dellamorte Dellamore, Beau Travail, Le Soldatesse, L’Aventure c’est l’aventure.

Livres : Delair, Clouzot, Fritz Lang le Maudit, Mad Max : ultraviolence dans le cinéma, partie 1, Robert Redford, Louis Malle dans tous ses états

TRAVERSER

• Une décennie sous influence : Sous les muscles, le spleen

Magic Mike, dix ans après

• En surimpression : Cruise Control

Top Gun, Tom Cruise et le film d’aviation

• Le Professionnel de la profession : Vers une cinémathèque totale ?

Entretien avec Gian Luca Farinelli, directeur de la Cineteca di Bologna

• Tour du monde : Lost & Found

Une histoire du cinéma ukrainien

Crédits couverture : La Planète sauvage, réalisé par René Laloux et Roland Topor © 1973 Les Films Armorial – Argos Films

0