Drame psychologique d’une grande finesse, Un mauvais fils de Claude Sautet est une belle redécouverte dont la version restaurée est enfin disponible en Blu-ray chez StudioCanal avec un Patrick Dewaere magistral.

Article originellement publié le 17 mars 2019, mis à jour le 9 septembre 2020.

Moustache rasée pour l’occasion, Patrick Dewaere fascine dans la peau du personnage de Bruno Calgagni, ex-toxico en quête de rédemption. Un rôle quasi-miroir, on connaît les excès de l’acteur, mais l’enjeu du film dépasse largement le simple combat d’un homme contre ses addictions. Comme souvent chez Saute,t c’est l’analyse de la psyché masculine, et de la place de cet homme au sein de la société, d’un point de vu global comme intime, qui intéresse le cinéaste. Ici le personnage principal tente de réintégrer le monde après plusieurs années de détention pour trafic et consommation de stupéfiants aux États-Unis, Si l’insertion professionnelle du marginal est intelligemment scrutée, c’est surtout la relation père-fils qui est au cœur du film. Ce père, c’est Yves Robert, magnifique de dureté. Il voit en Bruno un “mauvais fils”, le jugeant responsable de la mort de sa mère, décédée lors de son séjour en prison. Cette mère, vue comme un socle commun à jamais perdu entre les deux hommes. Alors lorsque le fils honni rentre enfin à la maison, le lien qui unit les deux hommes ne tient plus qu’à un fil. Les scènes entre Robert et Dewaere sont ainsi les plus belles et les plus terribles. De la tendresse sincère des retrouvailles aux empoisonnants non-dits, chaque face à face est bouleversant, la culpabilité planant dans leurs pensées respectives.

Trouver la sortie...

Autour de ce duo, Claude Sautet prouve une fois de plus le soin qu’il apporte à la direction d’acteurs chez les seconds rôles, que ce soit avec Brigitte Fossey, pleine de grâce dans la peau de l’alter-ego paumée du personnage de Dewaere, ou avec Jacques Dufilho, césarisé pour son rôle de libraire au grand cœur. Un personnage-clé dont toute l’humanité explose lorsqu’il évoque à son tour face au couple en détresse toute sa solitude dans une société à bout de souffle. Dépression, chômage, toxicomanie, immigration, les problématiques abordées ici sont nombreuses et dressent le portrait d’une France ouvrière et populaire dont les enjeux reste encore et toujours d’actualité, quarante ans après la sortie du film.

Si la finesse d’écriture et la sobriété de la mise en scène sont aussi remarquables, c’est bien la prestation d’un Dewaere à fleur de peau qui élève le film. Tout en retenue et en pudeur, ce rôle d’écorché vif semble avoir été taillé pour lui. Pourtant à l’origine c’est Gérard Depardieu, déjà familier du cinéma de Sautet avec Vincent, François, Paul… et les autres, qui est envisagé. Dewaere ira jusqu’à couper sa légendaire moustache pour convaincre le cinéaste, alors au sommet de sa carrière, de se lancer avec lui dans l’aventure d’Un mauvais fils. Longtemps mis de côté dans la carrière de Sautet comme de Dewaere, à sa sortie le film fut victime d’un boycott médiatique après que l’acteur eut frappé le critique du Journal du dimanche Patrice de Nussac, la ressortie d’Un mauvais fils permet de mettre à nouveau en lumière leur unique collaboration avec ce drame poignant d’humanité. 

Alicia Arpaïa

Un-Mauvais-fils-Blu-ray

UN MAUVAIS FILS

Un film de Claude Sautet
avec Patrick Dewaere, Brigitte Fossey, Yves Robert
1980 – France

StudioCanal
En Blu-ray le 1er septembre 2020

Crédits images : © 1980 Sara Films, StudioCanal. Tous droits réservés.

Catégories :

0