Alors que les mesures de confinement paralysant les salles de cinéma jusqu’au 22 juin ont focalisé l’attention sur les activités de distribution et d’exploitation, 50 éditeurs vidéo ont publié hier un appel commun pour soutenir leur secteur malmené et trop souvent oublié, alors qu’il participe à la vie des films en France et, dans notre cas, nous permet de redécouvrir de grands films classiques en version restaurée.

En couvrant la sortie de leurs nombreux films sur DVD, Blu-ray, Blu-ray 4K UHD, ou bien en les invitant sous la forme d’entretiens ou, plus récemment, de conversations vidéo en direct, Revus & Corrigés a toujours été sensible à la situation des éditeurs vidéo, et plus particulièrement ceux traitant des films classiques, quels que soient leurs genre, époque ou nationalité.

Si chaque éditeur a sa manière d’aborder le cinéma en vidéo physique, hier, pas moins de 50 d’entre eux se sont réunis derrière un appel commun pour soutenir leur secteur qui, lui aussi, a subi de plein fouet et sur plusieurs niveaux les conséquences du confinement. Il y est notamment indiqué que le marché de la vidéo physique a perdu près de 75% de ventes potentielles sur les ventes habituelles durant cette période où le pays était à l’arrêt.

Tandis que l’activité reprend doucement, celle de ces éditeurs nécessite que les pouvoirs public s’impliquent à travers un plan de sauvegarde et de relance, « avec la création d’un budget spécifique de sauvegarde pour la culture, incluant notamment l’univers de la vidéo physique, en plus des exploitants, des distributeurs ou des producteurs. »

Sans ces mesures d’urgence, il s’annonce un proche avenir dramatique pour toutes ces sociétés tenues par véritables de passionnés de cinéma et pour la grande majorité indépendantes. Cette situation serait terrible pour la diffusion et préservation des films et laisserait les spectateurs à la merci des plateformes en ligne et, comme nous l’indiquions dans notre 5e numéro, « de leurs algorithmes, de la disponibilité ou de la retouche des œuvres. »

Lire le communiqué dans son intégralité

Pour tout contact ou des infos supplémentaires : lappeldes50@gmail.com

0