NATALIE WOOD : WHAT REMAINS BEHIND : rencontre avec Laurent Bouzereau

Le Français Laurent Bouzereau a une longue et impressionnante carrière de réalisateur de documentaires sur l’histoire du cinéma et de making-ofs exhaustifs sur de grandes productions hollywoodiennes. Au Festival Lumière, il présentait son dernier-né, Natalie Wood : What Remains Behind, revenant sur le destin tragique de l’actrice, disparue en 1981 à l’âge de 43 ans dans des circonstances incertaines. En retraçant sa carrière et sa vie privée, avec l’aide de sa famille, ses collègues et amis, le documentaire plonge dans une histoire de cinéma hors-norme. Et rajoute un grand nom à la filmographie de son auteur, passé par Steven Spielberg, George Lucas, James Cameron, William Friedkin…

« Bob supportait le poids du monde sur ses épaules » – Entretien avec Bruce Weber et Carrie Mitchum

Documentaire magnétique et un peu à part, Nice Girls Don’t Stay for Breakfast, tente une incursion dans l’intime et le quotidien du géant Robert Mitchum. Son réalisateur, le photographe Bruce Weber, qui avait jadis fait le portrait de Chet Baker dans Let’s Get Lost, concrétise avec la sortie de son film une étonnante relation avec l’acteur impénétrable. Cette quête l’a élégamment rapproché de Carrie Mitchum, petite fille de Bob, qui témoigne dans le documentaire et révèle une facette fragilisée de son grand-père.

« Les plateformes sont l’avenir du documentaire » – Entretien avec Jean-Marie Barbe, fondateur de Tënk

Comment voir du documentaire de patrimoine&nbnp;? La question est épineuse tant ces titres se sont peu à peu perdus dans les limbes de la mémoire audiovisuelle ou des cinémathèques. Mais depuis 2017, la plateforme de SVOD Tënk invite à reposer son regard sur ces œuvres injustement oubliées, aux côtés de propositions plus contemporaines. Une programmation de niche qui fait dialoguer les films d’hier et d’aujourd’hui, issus du cinéma, de la télévision ou des festivals, dans une offre par roulement en proposant de nouveaux titres chaque semaine. Rencontre avec son créateur Jean-Marie Barbe.

WINGS OF HOPE (1998) – L’échappée belle

Documentaire réalisé pour la télévision en 1998, Wings of Hope revient sur le crash du vol LANSA 508 en pleine forêt amazonienne, le 24 décembre 1971. Juliane Koepcke, jeune Allemande expatriée au Pérou alors âgée de dix-sept ans, fut la seule survivante des quatre-vingt douze passagers de l’avion, parmi lesquels ses deux parents. Plus de vingt-cinq ans plus tard, elle retourne avec Werner Herzog sur les lieux de l’accident et refait avec lui l’incroyable marche qu’elle effectua, seule dans la jungle pendant plus de dix jours, avant d’être secourue par trois indigènes aux abords d’une rivière.

20 ans après LES YEUX DANS LES BLEUS, Le documentaire sportif existe-t-il toujours ?

Le 12 juillet 1998, l’équipe de France de football devient championne du monde. Vingt ans plus tard, elle l’est à nouveau. Entre-temps, la manière de mettre en scène et de médiatiser le sport et ses protagonistes a radicalement changé. Pour observer ce phénomène socioculturel, le point d’ancrage le plus parlant reste ce documentaire aussi jubilatoire qu’exhaustif qu’est Les Yeux dans les Bleus.

« Notre caméra était une cible. » – Entretien avec Nicole et Félix Le Garrec sur le documentaire PLOGOFF (1980)

À partir de janvier 1980, un petit village d’irréductibles bretons s’oppose à l’implantation d’une centrale nucléaire. Une mobilisation victorieuse des habitants, femmes en tête, dont témoigne le documentaire Plogoff, des pierres contre des fusils. Quarante ans après, les images de cette population face aux forces de l’ordre n’ont rien perdu de leur force et résonnent encore plus avec l’actualité. Rencontre sur la Croisette avec les époux Le Garrec, Nicole à la réalisation et Félix à la caméra, lors de la présentation du film à Cannes Classics.

De la gloire à l’oubli : Douglas Fairbanks – Je suis une légende

Depuis plus d’une dizaine d’années, les soeurs Clara et Julia Kuperberg retracent une histoire hollywoodienne dans un corpus documentaire qui semble désormais immanquable. Leur dernière production, Douglas Fairbanks, je suis une légende, embrasse la carrière et la vie d’une figure tutélaire de l’ère du muet. Avec, comme à chaque fois, le désir de conquérir les néophytes.

Par Marc Moquin, il y a

Entretien avec le voyageur Bertrand Tavernier

Après le long-métrage Voyage à travers le cinéma français, trajectoire cinéphile de Bertrand Tavernier entre les années 30 et 70, la série Voyages… – cette fois-ci au pluriel –, vient compléter ce portrait attentif et passionné de plusieurs époques. Un travail documentaire unique qui compile nombre de cinéastes et d’œuvres, parmi certaines connue et d’autres inédites. Rencontre avec Bertrand Tavernier, autour de ce travail de passeur et d’archéologue, non dénué de difficultés.

Lauren Bacall, ombre et lumière

Du 8 au 21 juillet 2018, Arte propose un documentaire sur une légende d’Hollywood disparue en 2014 : Lauren Bacall. Un portrait qui met en évidence l’efficace fabrique de la star par les studios hollywoodiens et la part plus sombre d’une femme qui tenta toute sa vie d’exister par elle-même.

L’Heure des Brasiers, de Fernando Solanas (1968)

Dans une Amérique Latine sous la domination des dictatures militaires et des oligarques, le militant Fernando Solanas cherche à éveiller les consciences de ses concitoyens. Documentaire fleuve de 4h30 en trois parties, L’Heure des Brasiers est un manifeste révolutionnaire. Le premier volet diffusé à Cannes Calssics, « Néocolonialisme et violence », revient sur les origines de la misère sociale et culturelle qui gangrène l’Argentine des années 60.

Hedy Lamarr : From Extase to wifi, d’Alexandra Dean (2017)

L’Autrichienne Hedy Lamarr fut sacrée dans les années trente « la plus belle femme du monde ». Walt Disney s’inspire alors de son visage parfait pour les traits de sa Blanche-Neige. Pourtant, l’actrice trainait dans son sillage une aura sulfureuse. Depuis quelques années, la star est enfin reconnue pour une dimension demeurée bien longtemps sous le boisseau : son génie scientifique.

JANE FONDA et ALICE GUY – Hommage de Cannes Classics à deux femmes d’exception

CANNES CLASSICS 2018 – Alice Guy, Jane Fonda. Deux figures de l’Histoire du cinéma, deux femmes fortes mais dont les parcours complexes prouvent à quel point être une femme n’est pas chose aisé dans ce milieu très masculin qu’est le 7e Art. La première réalisatrice de l’Histoire du cinéma et l’actrice américaine légendaire ont été mise à l’honneur par la sélection Cannes Classics 2018 avec la programmation de deux beaux documentaires biographiques.

0